• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

Great Lakes Peacebuilding Institute

PO Box 1470, Bujumbura, Burundi

glpeacebuildinginstitute@gmail.com

+257 76 94 1981

© 2019 by GLPI. 

Lauréats

TÉMOIGNAGES

MAPENZI MUNYAGALA Paulin
Chargée de communication et de plaidoyer, Afrique réconciliée
Goma, RDC
GLPI Octobre 2017 Alumni

 

Paulin est actuellement responsable du travail de communication et de plaidoyer d'une organisation en RDC appelée Africa Reconciled, qui travaille avec les jeunes et les femmes pour développer leur potentiel de leadership.
 

En tant que responsable de la communication et de la défense des droits, il gère une émission radiophonique qui traite des questions liées à la coexistence pacifique, à la non-violence active et à la résolution des conflits dans la région des Grands Lacs. Cette émission de radio, qu'il appelle une "émission de paix", est diffusée par quatre (4) stations de radio dans la province du Nord et du Sud-Kivu dans l'Est de la RDC. Outre la gestion de cette émission radiophonique, il travaille également comme correspondant pour le site Internet du Congo Forum, qui est une plateforme en ligne de sensibilisation sur les questions touchant à la paix et à la sécurité en RDC.

Il a dit qu'à travers ses formations GLPI en octobre 2017, il s'est trouvé une nouvelle identité en tant que " journaliste de la paix ", étant donné aussi son implication dans différentes formes de médias de masse. Il s'est engagé davantage à donner la priorité à la promotion de la paix dans son travail. Il a également été davantage encouragé à donner aux jeunes des plates-formes pour parler de leur engagement dans la consolidation de la paix, y compris la création de clubs pour la paix.

Il croit que les formations GLPI auxquelles il a participé en 2017 lui ont donné une grande sensibilisation à l'analyse des conflits, à la consolidation de la paix, à la guérison des traumatismes et au développement durable. Les formations GLPI lui ont également donné plusieurs idées novatrices telles que la production de reportages photographiques et la rédaction de plusieurs articles qui encouragent la paix.

"J'aimerais simplement continuer à partager mes expériences avec d'autres, en particulier pour nous qui nous occupons des questions post-conflit malgré les défis que nous devons relever dans notre travail ", a-t-il partagé. "Nous devons savoir que la paix doit être un engagement quotidien en accueillant d'autres personnes, indépendamment de leur milieu, parce que nous sommes tous les mêmes enfants de Dieu. C'est mon engagement quotidien en tant que journaliste pour la paix, et je dois une grande partie de mon inspiration à GLPI", a-t-il ajouté.

NTAHUBA Parfaite
Coordonnatrice nationale, Association des femmes des Amis (FWA)
Bujumbura, Burundi
2016 Module spécial Alumni (Pratique de la paix réfléchie)

 

Parfaite est très impliqué dans la lutte contre la violence liée au genre (VLG) au Burundi. À ce titre, elle anime des ateliers de guérison des traumatismes pour les victimes de violence liée au viol dans le cadre du programme RSS (Rape Survivors Support) et les organise en groupes d'entraide afin de planifier collectivement les opportunités économiques qui leur permettront de subvenir aux besoins de leur famille. Elle a partagé comment la plupart des femmes burundaises souffrent dans les foyers privés parce qu'elles sont obligées de devenir économiquement dépendantes à 100% de leur mari sans leur donner le droit de décider pour le bien-être de leur famille. En août 2018, le programme a été en mesure d'organiser 20 groupes d'entraide (comprenant 20 femmes par groupe), ce qui est tout un exploit, puisque seulement 5 groupes avaient été créés au début de l'année. Une partie de son travail consiste à coordonner un programme appelé Action on Gender-Based Violence (AGBV) qui vise à impliquer les chefs religieux et les élus locaux dans la prévention des VBG dans leurs communautés respectives.

Parfaite a partagé que GLPI lui avait appris à analyser un conflit bien avant d'intervenir : "Au sujet du programme RSS, nous avions organisé des ateliers de guérison des traumatismes. Ensuite, nous avons dû accorder de petits prêts aux femmes. Ils n'ont pas été en mesure de rembourser. Le résultat était qu'ils ne pouvaient pas revenir à notre centre. Ils ont de nouveau été traumatisés. Ensuite, nous avons commencé à organiser des ateliers de guérison des traumatismes seulement. Après la formation GLPI, j'ai compris que nous devions trouver une autre approche pour autonomiser les femmes économiquement, car c'est la cause profonde de leur souffrance. Maintenant, je suis fière d'avoir un total de 400 femmes qui sont organisées en groupes d'entraide. Cette approche permet d'augmenter le revenu familial, mais c'est aussi une bonne façon d'établir des relations puisqu'ils se rencontrent chaque semaine. Ils se soutiennent mutuellement si, par exemple, l'un d'eux est hospitalisé."

Une autre leçon qu'elle a tirée de GLPI est que les efforts restent vains tant que les chefs religieux et l'administration locale ne sont pas impliqués dans leurs initiatives. C'est pourquoi depuis 2016, après la formation GLPI, ils ont commencé à les inclure dans leurs programmes.  "En tant que pasteur, certains de mes collègues chefs religieux pensent que j'ai perdu mon appel pastoral. Pour elles, ils interprètent la Bible en disant que les femmes doivent se soumettre à leurs maris. Pour eux, ils interprètent la Bible de manière erronée ", a-t-elle dit, croyant que chacun a un rôle important à jouer dans le respect des droits des femmes dans la famille et dans la société dans son ensemble.

 

 

MUHAWENIMANA Francine
Coordonnatrice des bibliothèques de la paix, Transformational Leadership Centre (TLC)
Kigali, Rwanda
2018 Module spécial Alumni (Clubs de jeunes pour la paix)

 

Francine travaille avec le Transformational Leadership Centre (TLC) au Rwanda qui travaille sur la consolidation de la paix et gère cinq (5) bibliothèques de paix pour enfants dans le pays. Elle coordonne ces cinq bibliothèques de la paix et guide les enfants qui viennent dans leurs bibliothèques pour lire et emprunter des livres. Elle travaille avec plusieurs enfants d'écoles voisines en les formant dans le cadre du programme " médiation de la paix ", un programme qu'ils promeuvent pour aider les jeunes à acquérir les compétences nécessaires pour résoudre les conflits entre leurs pairs. Le programme de médiation de la paix leur permet également de former des clubs de la paix dans les écoles avec lesquelles ils travaillent et d'encourager les élèves à faire partie de ces clubs de la paix.

"Grâce à la formation GLPI sur les clubs de jeunes pour la paix, j'ai beaucoup appris sur la compréhension de la différence entre conflit et violence, la mise en place de clubs pour la paix, les différentes façons dont nous pouvons répondre aux comportements des enfants et l'importance de la communication non violente comme outil de résolution des conflits ", a partagé Francine sur son apprentissage avec GLPI.

"J'ai commencé à mobiliser les enseignants pour mettre fin à la violence en autorisant les châtiments corporels parmi les élèves. J'ai également utilisé les discussions de GLPI pour être en mesure de produire des propositions plus fortes qui nous donneraient plus de capacité pour organiser des clubs de jeunes pour la paix au Rwanda ", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle avait ceci à dire pour encourager les autres : "Je veux rester que la paix n'est pas l'action d'un seul peuple. Il demande à beaucoup de gens de travailler ensemble. Si nous voulons une paix durable, nous devons enseigner aux jeunes et les aider à vivre en paix dans leur vie quotidienne."

 

Romaine BASHIZIE
Coordonnatrice, ECC MERU
Sud-Kivu, RDC
GLPI October Institute 2016 Alumni


Avant de fréquenter l'Institut d'octobre 2016, Romaine était déjà impliquée dans la protection des enfants affectés par les conflits interethniques et terrestres à Muterure dans la plaine de la Rusizi. Cette région a une histoire de cycle de violence entre quatre tribus, comme les Twas, les Barundis, les Bafuliros et les Banyamulenges, qui peuvent difficilement coexister avec l'harmonie et la paix. Il y a eu des cas de massacres, de vols de vaches et d'attaques armées, et toujours dans de telles situations, les enfants sont laissés pour être les plus vulnérables. Elle est très préoccupée par le sort des enfants qui ont été exposés à des risques et dont la capacité d'aller à l'école est entravée par une grande insécurité. Elle voulait comprendre le rôle qu'elle pouvait jouer pour atténuer la violence dans sa région et pour amener les tribus en conflit à se réconcilier, afin qu'elles puissent vivre en paix et que leurs enfants puissent jouir d'un environnement sûr. Lorsqu'elle a finalement assisté aux formations de GLPI et suivi les modules de cours, elle a acquis des idées et des outils, et a appris des autres participants, en termes d'analyse des conflits dans sa région. Elle a expliqué comment elle s'est rendu compte que si le soutien aux victimes du conflit est une intervention nécessaire, il ne s'agit pas d'une solution durable. Elle a vu comment les conflits se produisent à différents niveaux, et qu'une analyse appropriée des conflits est nécessaire dans les différents secteurs de la société afin que chacun puisse travailler ensemble pour y faire face. Après la formation, elle est retournée dans sa communauté avec plus d'espoir, encourageant différentes personnes à faire une cartographie des conflits entre quatre tribus, à identifier les causes et les effets des conflits et à identifier des solutions collectives. Lentement, les différents membres des tribus ont commencé à comprendre la source de leurs tensions, et qu'au lieu de mettre leur énergie en représailles et en violence, ils essaient de travailler ensemble pour coexister harmonieusement. Romaine reconnaît que la réconciliation est un processus graduel, mais elle est reconnaissante qu'ils aient entamé le processus et qu'ils réduisent lentement la tension et portent leurs fruits.

Edith UWINZANIYE
Président, TIEP AMIZERO
Kigali, Rwanda
GLPI October Institute 2004 Alumni


Avant sa formation à GLPI, Edith a partagé que les actions de ses organisations se limitaient à la présentation de pièces de théâtre qui sensibilisent à la culture et à la paix. Mais grâce à sa formation à GLPI, elle avait appris à incorporer différents programmes pour avoir une approche plus holistique de la paix et du développement. Aujourd'hui, ils ont élargi leur gamme d'activités, y compris le conseil et la guérison des traumatismes, la résolution des conflits fonciers, les projets de subsistance pour les femmes, et plusieurs autres. Plus important encore, leur organisation a également mis en place une salle d'écoute, qui est un espace qu'ils peuvent utiliser s'ils ont besoin de résoudre des malentendus, d'arbitrer des conflits ou d'exprimer leur douleur, leur chagrin ou leur peine. Ils ont trouvé que la salle d'écoute est un endroit si important pour eux pour être entendus et se guérir de la douleur, des blessures et des traumatismes.

Espérance KWIZERA
Chargée de suivi et d'évaluation, MIPAREC
Gitega, Burundi
GLPI October Institute 2006 Alumni


Espérance a partagé sur les impacts positifs de la formation sur leur approche de consolidation de la paix à Gitega, en particulier parmi les jeunes. Auparavant, il y avait beaucoup de cas de vols et de violence perpétrés par des jeunes dans la ville. La plupart de ces cas se sont produits sous l'influence de l'alcool. Les jeunes auteurs de ces crimes ont subi de nombreux traumatismes psychologiques et économiques parce qu'ils ont été eux-mêmes exposés à des cas de violence à un très jeune âge, que ce soit dans leur famille ou au niveau de la société. Elle a partagé qu'elle a introduit le concept de justice réparatrice et de guérison des traumatismes dans son organisation afin d'améliorer leur approche à l'égard des jeunes. Au lieu de les considérer comme des agresseurs, ils ont été accueillis dans un lieu sûr où ils peuvent partager leur traumatisme, leur faire comprendre pourquoi ils recourent à la violence et au crime, et leur faire comprendre les différentes façons dont ils peuvent avoir de meilleurs choix et une vie renouvelée. Espérance a fait savoir que son organisme avait facilité ces formations en y incorporant ce qu'ils avaient appris de GLPI, et elle est reconnaissante des changements graduels qui se produisent dans la communauté et que les pratiques de surconsommation d'alcool et le nombre de jeunes qui s'égarent s'atténuent lentement.

À nos chers lauréats de GLPI, nous aimerions avoir de vos nouvelles. Partagez avec nous comment vous avez appliqué ce que vous avez appris des formations GLPI et comment vous avez continué votre travail pour la paix et la justice. Cliquez sur ce formulaire où vous pourrez partager avec nous vos histoires et témoignages. Vous pouvez également nous envoyer des photos et des vidéos décrivant votre travail actuel en nous les envoyant par courriel à glpeacebuildinginstitute@gmail.com. Veuillez indiquer l'année et le module de cours que vous avez suivi chez GLPI. Nous espérons avoir de vos nouvelles bientôt !